dimanche 12 mars 2017

Travail d'équipe



Famille et amis, merci !

lundi 6 mars 2017

Zeus VS le sapin

Zeus 1
Le Sapin 0.

La preuve en image avec le avant/après...



Il est tombé sous mes yeux (presque sur ma tête...). Et je le remercie de ne pas être tombé ni sur la maison, ni sur la piscine du voisin...



samedi 4 mars 2017

Marotte

J'en ai deux, le tricot et le jardin. Avant, mon jardin était petit (35 mètres carrés). Mais il était plein comme un oeuf. J'ai eu davantage de difficulté à le laisser qu'à laisser la maison; ce qui n'est pas le cas de tout le monde...
Bref.
La taille du jardin de ma grand-mère a beaucoup pesé pour moi dans ma décision de racheter la maison. Mais, loin de la carte postale de mon enfance,  c'est un jardin en friche que nous avons récupéré, abandonné depuis 3 ans et entretenu avec difficulté pendant les 5 ans qui ont précédé. Sur les vieilles photos que j'ai retrouvées, on voit que les allées ont, à une époque lointaine, été tracées au cordeau, les arbres taillés de près et le gazon impeccable.
J'aime bien l'idée que ce jardin soit redevenu sauvage. Il est situé à l'ombre d'un chêne tricentenaire. Au fond il y a une zone humide, comme si un affluent de la petite rivière du vallon y coulait, avant que tout soit busé. Les primevères ont envahi le gazon, tout comme la mousse, les boutons d'or et les jacinthes sauvages et l'ail des ours; Mais aussi, les lauriers sauce (je les déteste) et le lierre et les houx.
Re bref.
Ce jardin, il porte encore les traces de son histoire, vieille de presque 100 ans; c'est un mélange entre son milieu naturel, le sous-bois, les traces des premiers jardiniers (buis, seringats, choisya, muguets, tronc mort du pêcher de vigne, dahlias, escallonia, rosiers grimpants et buissons anciens, camélia), l’extrême maitrise des années 60, avec des allées où une seule plante était accueillie (iris ou tulipes, dahlias ou begonias, un cerisier au centre, le tout cerné de grillage), et les modes des années plus récentes (hortensia, rhodo et azalées, clématites, yucca).
ReRe Bref.
Sauf que rien n'a été taillé depuis des plombes. Le lierre court partout, les rosiers grimpants ont de l’oïdium, les choisya sont dégarnis des pieds, le yucca a volé tout l'espace, les rosiers n'ont pas été taillés depuis des lustres, les buis se meurent, les dahlias tentent une sortie et dépérissent...
Alors j'ai taillé, taillé taillé, choisya, rosier, lierre, j'ai aussi fait des choix (éliminé le yucca énorme, un boulot de dingue, mais aussi les houx, les buis,), arraché le lierre, les lauriers, la mousse, éclairci les haies, et taillé encore les hortensias, les vieux rosiers, rabattu le jasmin d'hiver, les clématites et la bignone, lutter contre ces saloperies de violettes, les faux fraisiers, et semé des graines, du gazon, planté des bulbes, commencé à déplacer les azalés...
Re re re Bref.
Et j'adore ça.
Je ne fais que ça. Je rentre en trombe le midi pour passer 1 heure dans mon jardin, à genou, à bout de bras, pliée en deux, les mains dans la terre.

Et je commence à bâtir mon jardin rêvé, un mélange de jardin de mamie, jardin de curé, mais aussi sauvage comme un sous-bois, un peu anglais...

j'ai planté un coeur de marie, des pivoines, des bulbes (crocus, tulipes, narcisses, dahlias, iris), j'ai semé des pavots, des myosotis, des campanules, des coquelourdes, j'ai installé de nouveaux hortensias, un rodo, une clématite, des jasmins que j'avais bouturés de mon ancien jardin (avec des agapanthes que j'avais divisées avant de partir), un jasmin étoilé, une lavande, des heuchères et des anémones du japon à l'ombre (encore de mon ancien jardin), des bruyères, des pavots d'islande, des sauges... J'aimerais aussi me faire un coin avec des simples.

Et pis va falloir que je laisse une place pour le potager de mon chéri... je pense lui proposer le jardin du voisin !

mars 2016

septembre 2016

février 2017


vendredi 3 mars 2017

La promesse

ça fait du bien, en ces temps sombres et tourmentés, de sentir la montée de sève.

Les jonquilles, c'est bon. Les crocus, c'est sorti. Les tulipes, on voit les feuilles. Les graines ont formé leurs plantules. Les prunus commencent à fleurir. Les mésanges s'affolent. Les tourterelles roucoulent. Le gazon est semé.

Les visiteurs s'enhardissent...



J'adore cette période où tout tend à la renaissance. Je louche sur les catalogues de plantes. J'évite les jardineries pour ne pas exploser mon compte en banque.

Et moi-même, je me sens sortir de ma torpeur hivernale.

mardi 14 février 2017

Condensateur

Quand ton sèche-linge, bah il ne marche plus, qu'est ce tu fais? T'appelles le vendeur? Voui, ça c'est valable quand tu viens de l'acheter.
Mais quand on t'a donné le sèche-linge, et que ce dernier a environ une bonne quinzaine d'années, hum?
Bah t'appelles ton père.
Voui.
Et ton père, il ouvre le ventre du sèche-linge, il te dit que si le bidule part et que ça tourne quand on lance le moteur à la main, c'est que c'est pas le moteur, c'est le condensateur. Il t'achète le machin, il te le remet à la place qu'il faut, et roule poupoule, c'est repartit pour 15 ans et pour 15 euros.
Elle est pas belle la vie?

Le truc c'est que j'ai l'impression que plus personne ne sait ni n'ose démonter les machines et que le machines, elles vont à la décharge avant même d'avoir eu une petite chance...

dimanche 5 février 2017

Les Allet en vadrouille

Ils étaient attendus, on les guettaient à la fenêtre !

Quel plaisir de se retrouver !

Diner, jeux, installation des couchages...

... En mode camping dans toute la maison : Bien serrés les uns contre les autres, la nuit fut courte et le départ trop rapide !...

Il faudra revenir plus longtemps et qu'on prenne le temps....

En tout cas, on pensera à vous tous les jours en levant le nez dans le couloir ;-).

Merci d'être venus.

PS : le trophée de Victor est dans notre vaisselier...





dimanche 22 janvier 2017

Les soldes

Avec Maé, c'est sympa.

Par exemple, quand tu tentes le pull moutarde et que tu lui demandes son avis, elle te dit que oui, ça va super bien avec le bleu canard de ton T-shirt mais que, par contre,  sur toi, c'est bofbof.

Voilà voilà.